PORTRAIT : Isabelle Hébert, multinationale mutualiste

Isabelle Hébert, DG de la MGEN et directrice des services innovants du groupe Vyv, est l’invitée du Petit déjeuner Off de La Lettre de l’Assurance, le 11 décembre.

La nuit tombe sur Paris quand nous entrons dans le bureau d’Isabelle Hébert. Il n’est que 16h30, mais l’hiver fait son chemin et les vitres teintées de l’immeuble MGEN, dans le quartier Montparnasse, accentuent encore l’assombrissement extérieur.
Isabelle Hébert a des carnets de notes de multiples couleurs, entassés sur son grand bureau. Pendant l’entretien, elle remarque notre propre carnet sur lequel elle fera quelques commentaires.
Echarpe légère autour du cou, la directrice générale de la MGEN est un peu pressée par une réunion qui se tient chez VYV à 17h30, de l’autre côté de l’esplanade.
Par manque de temps et avec une touche de culture américaine, le thème de l’entretien sera donc l’efficacité. Allons-y.

Isabelle Hébert est né le 7 février 1973, à Pau. Son père est « Tarbais, ma mère est Audoise d’un côté, Suisse-Allemande de l’autre. Ce qui fait que j’ai la double nationalité Franco-Suisse », précise-t-elle naturellement. L’aspect multi-national de sa famille est très présent.
Ne cherchez pas, Isabelle Hébert ne parle pas Allemand, la faute à un principe paternel qu’elle explique sans hésiter. « Selon mon père, nous étions deux enfants donc l’un ferait allemand, pour ma mère, et l’autre espagnol, pour lui ». Cadette de la fratrie, elle est donc chargée d’apprendre la langue « paternelle ». « J’avais de toute façon beaucoup plus parlé espagnol qu’anglais avant de partir aux États-Unis, parce qu’à Pau, on parle facilement espagnol », s’amuse-t-elle. La famille est très internationale et ce phénomène s’accentue. « L’anglais est devenue la langue familiale. Mon frère est mariée avec une japonaise et vit au Japon. Quand nous nous retrouvons, la langue naturelle est l’anglais ».

Isabelle Hébert passe une partie de son enfance entre Pau et la région Parisienne, son père étant salarié chez Elf et faisant « tous les quatre ans » quelques années sur Paris, sans qu’elle en garde un très grand souvenir.
La fusion entre Elf et Total envoie la famille à Philadelphie, où se trouve le siège de la branche chimie du nouveau groupe pétrolier. Isabelle Hébert, à la différence de son grand frère, ne suit pas le mouvement. Elle entre alors en classes préparatoires à Bordeaux et préfère continuer sa scolarité en France. « Je ne sais pas si j’ai eu raison, mais j’ai décidé de rester. Je pensais d’abord finir mon cursus français pour ensuite le prolonger aux US, mais une fois que j’ai commencé à bosser, ça me semblait plus naturel de continuer ainsi ».
L’actuelle directrice générale de la MGEN débute ses études supérieures en s’engouffrant dans une filière méconnue, « Hypokhâgne BL, par hasard ». Plus tard dans l’entretien, elle confiera qu’adolescente, Isabelle Hébert aurait aimé être journaliste. « J’écrivais mon journal, j’adorais ça. Jamais je n’aurais imaginé travailler dans l’assurance. L’aspect BL y préparait. J’avais passé Sciences Po et j’étais prise, mais comme j’avais passé trois fois le concours de l’ENS, j’ai fait ce choix. »

La BL et la bête

Retour sur cette fameuse prépa « BL ». « C’était une formidable ouverture d’esprit parce que ce n’était pas une prépa pour les grandes écoles de commerce ou une prépa seulement littéraire, j’adorais les mathématiques et je restais dedans, mais avec des sciences sociales et littéraires ».
Elle fait sa prépa à Bordeaux, « parce que ma famille n’était pas du tout branchée ‘parisianisme’. Un ami de la famille était prof à Montaigne à Bordeaux ». Le seul véritable débouché est ensuite Normal Sup, l’objectif d’Isabelle Hébert. Mais le chemin vers l’ENS Cachan n’est pas si simple. « Ça ne le fait pas complètement en prépa, donc je m’oriente vers l’ENSAE ».
La passion des maths la pousse vers cette école avec toujours l’objectif « de passer le concours de l’ENS une fois là-bas », même si elle reconnaît être entrée dans cette filière « un peu par hasard ».
À l’ENSAE, elle retrouve avant tout des polytechniciens et très peu de femmes. « Niveau mathématiques, ça bossait dur. A l’époque, ça ne plaisait à personne ! C’était la loose totale, et les X voulaient tous aller faire de l’alternance chez AXA ! », lâche-t-elle dans un rire. « Maintenant, c’est devenu une filière très ‘cool, la data science, c’est très à la mode, mais à l’époque, l’analyse de données et le poly de Gilbert Saporta, ça donnait envie de pleurer ! C’était tout sauf cool. Je n’aurai jamais pu imaginer que cette filière devienne si populaire… Je trouve ça très sympa finalement ! », s’enthousiasme-t-elle.

L’histoire avec l’ENSAE porte également son lot de souvenirs émouvant, puisqu’Isabelle Hébert y rencontre son mari. « Nous avons passé le concours de Cachan ensemble, et nous l’avons eu tous les deux. Au final, nous étions tous les deux inscrits en thèse. Mon sujet de thèse était le droit des minoritaires dans les fusions acquisitions ». Au bout d’un an, la recherche l’ennuie profondément. « Quand j’ai annoncé que j’allais prendre une disponibilité, j’ai frôlé le clash avec mes parents et mes beaux-parents ! L’enseignement, l’agrégation, s’était la voie royale pour une femme… pour l’équilibre vie professionnelles vie personnelle ! »
Malgré tout, Isabelle Hébert part pour les « US » comme elle dit, avec son mari parti faire son service militaire en coopération . Là bas, elle enchaîne les stages et les boulots. « Nous étions partis pour 18 mois, nous sommes restés 10 ans », s’amuse-t-elle.

Le rêve américain
Ses parents, qui étaient à Philadelphie rentrent en France. La société qui l’emploie, Aetna, a acquis une société française qu’elle utilise comme une plateforme santé pour les expatriés. Le centre opérationnel est à Dubaï, mais Isabelle Hébert ne se sent pas d’y aller. Elle reste sur le bureau de représentation à Paris et voyage régulièrement à Dubaï. L’histoire tourne court sur le projet et peu de temps après l’élection de Barack Obama, le secteur de l’assurance santé aux États-Unis est chamboulé. Aetna la rappelle, mais Isabelle Hébert n’est pas très motivée à revenir aux US.
Elle a croisé le comex de Malakoff Médéric quelques années plus tôt, lors d’une visite que les dirigeants faisaient dans l’entreprise où elle travaille. Elle les rappelle à quelques mois du lancement de Kalivia, elle spécialiste des réseaux de santé. L’affaire est entendue et elle intègre le groupe de protection sociale.
En 2013, elle rejoint la MGEN. « C’était la carpe et le lapin. Mon profil était incompréhensible, je n’avais rien à voir avec la mutualité. Entre les US, Malakoff Médéric et ma démission de l’Éducation nationale, je n’avais rien du profil idéal ! », lance-t-elle. Ce qui ne l’a pas empêchée de devenir directrice générale. « Le métier n’est pas compliqué et reste très similaire, mais la vision stratégique et la prise de décision sont très différentes entre un groupe paritaire, un groupe mutualiste ou une entreprise cotée au Nasdaq. C’est à la fois le même métier mais ce n’est pas du tout la même chose. »

Vie de famille à risque

Son travail lui prend beaucoup de temps, au point qu’elle n’a plus le temps d’écrire autant qu’elle aimerait.
Question hobbies, sa réponse est simple. « J’ai trois garçons, alors je fais ce qu’ils veulent question sports. Ce qui s’avère parfois dangereux », annonce-t-elle avant de développer. « L’autre jour, j’avais un bleu comme ça (elle mime avec ses mains une balle de tennis au niveau du front), parce qu’ils adorent les sports américains et que le petit n’est pas encore très fort. Moi je ‘catchais’ et il battait, et il m’a mis un coup énorme. Je fais des trucs que je ne devrais vraiment pas faire. Je me suis par exemple souvent casser la jambe. Le vélo, ça va, mais quand ils veulent faire du skate… », ce qui nous vaut un bel éclat de rire.
Isabelle Hébert est très claire : en dehors de son travail, c’est la famille et les enfants. « On fait tout ensemble, on est un peu tribal, mais c’est très masculin comme ambiance ».
Le week-end est consacré aux devoirs, dans lesquels son mari et elle s’impliquent beaucoup. Le reste est « soit sport, soit culture ». Elle résume « c’est la culpabilité maternelle… ». C’est plutôt, à notre avis, une question de génération et malheureusement une question de répartition des tâches. « Je pense que si je n’avais pas ça, je n’y arriverais pas dans mon travail. Quand je rentre et qu’ils me racontent les histoires du collège et du lycée, ça me fait du bien. Mais autour de moi au travail, c’est rare…  » Pour ne pas dire exceptionnel.